in ,

Racisme – avec des caractéristiques chinoises: comment le visage noir a assombri le ton des célébrations du Festival du Printemps en Chine.

 

A collaboration between Hannah Getachew and Runako Celina Bernard-Stevenson, translated into French by G.M

The events of the New Year Gala / Chinese New Year Festival 2018 are being discussed online among Africans in China and elsewhere in the world, the Chinese, and now even the Western press is talking about it. Some 800 million people were connected to witness the show, among other things, a Chinese actress scrolls around the scene with blackened face, prosthetic buttocks and breasts. As many know now, the story told in the skit in question looks like this:

An African girl is under the apparent pressure of her mother (played by Chinese actress Lou Naiming’s blackened face) to get married at the age of 18. She does not want to get married but rather wants to go to China to study because she loves passionately reminds us, China is amazing. So, she asks her Chinese friend to pretend to be her fiancé in order to make her mother believe that she follows her desires. The mother is delighted to hear that her daughter intends to marry a Chinese and tells the audience how grateful she is for all that China has done and done for Africa. Yet soon after, the secret is revealed when the real bride of her fictitious fiance (a Chinese woman) appears on stage in a wedding dress, ready to say “I do.”

When her daughter explains why she lied about the marriage and insists on moving to China, her mother seems to forget her desire to see her daughter get married. Instead, she looks passionately into the audience and says, “I like the Chinese. I like China.

There seems to be some confusion as to whether the accompanying monkey character was played by an African man or not.

The play ends as it began – playing Shakira, Africa’s best export, while Africans dance on stage.

Various Africans, Divers Opinions

The play refers several times to ‘feizhou’, again treating the African continent as a singular entity. In fact, there are 55 countries across the African continent and its land mass is three times that of China. This sketch distorts the sub-Saharan countries and the global black diaspora, but makes no reference to North African countries. In other words, Africa is too vast, complex and diverse for any singular story.

This principle also applies to the content of this article. Black Lives China does not claim to encompass all the diversity of the black experience in response to this skit, and readers should be wary of any article that claims to do so.

Among the black community, there are members who find this skit harmless, entertaining or largely irrelevant. For them, the elements of the game sound true. Zebras, lions, and monkeys are native to sub-Saharan Africa, they say. Some were entertained by music and dance, pounding their feet at the rhythm of the drums on stage.

Others call the skit a distraction. Any insensitive racist representation of black Africans can only exist because of the dynamics of economic power between Africa and China, they say. As a result of this argument, we can highlight the monetary imbalance in the level of financial investments that China makes in African countries, contrary to the opposite. Once African countries have organized and negotiated investments with China on the basis of clear regional and continental priorities, racism in China will gradually fade. These are just a sample of the many sights in the black community on the skit.

Racist or not? Our analysis

The question on the mouths of most commentators seems to be whether or not the skit, and in particular the representation of the mother was racist or racially insensitive.

For many, the physical stereotypes parading during the sketch recreate historical racism and follow previous crimes such as the dehumanization of the enslaved South African woman Saartjie ‘Sara’ Baartman, who was caged in European circuses for the exhibition of his body naturally curved.

The blackened face is reminiscent of nineteenth-century minstrel shows and the deliberate mockery of blacks, plus the exaggeration of their characteristics for the entertainment of others. He discussed the dehumanization of people of African descent – free Africans and enslaved – on stage to demonstrate the supposed inferiority of the African at all possible levels. This representation, juxtaposed with the European, had to show their innate superiority. This type of representation can even be seen as recently as 30 years ago in American shows such as the 1978 Black and White Minstrel Show .

What the Monkey sees, the Monkey does – Has China just copied American racism?

In detailing this story, one must also remember that racism is clearly not a Chinese invention. While it would be very simplistic to assert that China has simply learned racism from the West, there are certainly manifestations of racism (or race-insensitive behavior) that clearly speak to a story in which the China has little or no place. Have been guilty of bringing their racism to the shores of China, as is the case with the popular toothpaste 黑人 牙膏 or “Darlie”, formerly known as Darkie. The brand is a family name in China and while its owners, the American company Colgate-Palmolive, have tried to move their brand away from the controversial toothpaste of the Black People, the logo of minstrel show with its origins blackened faces are undoubtedly American imports. This is just one example of how the West may be guilty of racist attitudes in China.

But does all this suggest that China should not be held responsible for its relations with racism?

Certains ont déclaré que la Chine et le peuple chinois ont peu de connaissances sur le contexte historique du visage noirci et encore moins de compréhension du racisme. Par conséquent, on soutient que le sketch de gala du Nouvel An chinois n’est pas raciste, car il n’y avait pas d’intention raciste derrière cela. Alors que cet article traitera de ce qui a pu être le message derrière, et de l’intention du sketch plus tard, il est important de noter que le racisme ne dépend pas de ses intentions mais plutôt de l’impact de l’action sur la personne cible ou dans ce groupe de cas. C’est ce qui a préséance et doit être considéré en premier dans chaque cas. De plus, l’ignorance ne devrait jamais justifier le racisme ou atténuer l’impact final de ces actions. En tant que telle, l’ignorance ne peut pas être un moyen de défense contre la recréation de stéréotypes raciaux.

L’affirmation que la Chine a un manque total de conscience autour du racisme est extrêmement répandue … Pourtant, plusieurs choses rendent cela difficile à comprendre. Bien que la Chine n’ait pas une longue histoire de « face jaune », ils sont encore extrêmement sensibles aux représentations des Chinois qu’ils jugent inappropriées et offensantes. En fait, il semble qu’il y ait eu de graves réactions en Chine et dans sa diaspora contre le racisme envers les Chinois.

Comment  la Chine réagit-elle lorsqu’elle reçoit un traitement similaire?

Alors que la Chine n’a peut-être aucune raison historique de comprendre la nature offensante du visage noirci, l’idée d’imiter les traits physiques ou faciaux du peuple chinois a causé de grands bouleversements.

N’est-ce pas il y a seulement quelques mois que les internautes étaient en colère contre Gigi Hadid (et à juste titre) pour avoir plissé les yeux dans un effort apparent pour imiter les yeux chinois? Elle aurait même été exclue de la marche au Victoria Secret Show de Shanghai en 2017 au milieu des appels des internautes à la faire interdire.

Pendant ce temps, Amazon et eBay ont été mis le feu à la fin du mois dernier pour la vente de costumes avec des enfants photographiés en train de faire des poses « yeux bridés ». L’image aurait viré virale dans les groupes chinois, certains affirmant que de telles images étaient « totalement inacceptables ».

Et n’oublions pas qu’au début du mois de janvier, un jardin d’enfants français a été critiqué pour un poème dans un livre d’école intitulé Zhang, mon petit Chinois. Le poème inclut des lignes telles que «Zhang s’accroupit pour manger du riz», «ses yeux sont si petits, terriblement petits» et «sa tête se balance comme une balle de ping-pong qui rebondit». Les internautes chinois de Weibo ont fait des déclarations telles que « Nous avons une tolérance zéro pour les choses liées à la dignité nationale » et « S’ils continuent à enseigner et à répandre une telle haine et discrimination, les enfants ne grandiront pas avec une pensée saine ».

Peut-être alors pourrions-nous dire avec plus de précision qu’il s’agit moins de ne pas comprendre le racisme et plus de ne pas le reconnaître ou de ne pas s’en préoccuper (ou, dans le cas de certains, de l’apprécier activement).

Aucun des trois exemples énumérés ci-dessus ne provient d’organismes officiels et n’a été vu par plus de 800 millions de personnes. Pourtant, ils étaient encore jugés assez offensifs pour justifier des appels à des renvois, des annulations, et des excuses.

Qui est à blâmer?

La télévision centrale de la Chine (CCTV) est l’un des medias d’état «central trois» (中央 三台) en Chine. Les deux autres sont la Radio nationale chinoise et la Radio internationale chinoise ; faire de CCTV le seul radiodiffuseur de télévision d’Etat en Chine.

La télévision centrale chinoise répond à l’administration d’Etat de la radio, du cinéma et de la télévision, qui est à son tour supervisée par le Conseil d’Etat. En outre, un vice-ministre du Conseil d’Etat est président de CCTV. Par contexte, le Conseil d’État est l’organe exécutif suprême du pouvoir d’État en Chine, ainsi que l’organe suprême de l’administration publique. Compte tenu de l’importance culturelle du Gala pour les Chinois, on peut supposer que toutes ces branches du gouvernement ont sanctionnée chaque détail du spectacle de cinq heures.

Jusqu’à présent, nous savons que le Gala était supervisé par le Conseil d’Etat. Mais il y a d’autres organisations chinoises qui ont joué un rôle central dans la production de l’événement. Par exemple, la société de médias chinoise StarTimes Group a contribué à la sélection du contenu du Gala. StarTimes est un fournisseur de télévision leader sur le continent africain, avec 10 millions d’abonnés dans 30 pays. Là réside un autre trou dans l’argument selon lequel les autorités chinoises n’étaient pas au courant des éléments raciaux de la pièce. Assurément, la direction de StarTimes a acquis une certaine conscience de la dynamique raciale dans le cadre de ses transactions économiques sur le continent le plus touché par la race. Pourquoi ne sont-ils pas venus et essayés de discuter à propos du sketch? Pourquoi paieraient-ils pour la production d’une pièce qu’ils savaient raciste?

Complicité Noir / Africaine

La vie des étudiants africains est parfois rude en Chine, mais dans la quête de «réussir», ceux qui veulent se mettre dans des positions compromettantes devraient considérer les communautés qu’ils représentent. Le fait est que la plupart des acteurs de ce sketch sont africains. Les danseurs sont africains. Les hôtesses de train sont kényans. Certains des personnages principaux sont africains. De tous ceux qui étaient impliqués dans la pièce, ils étaient certainement les plus conscients de ses éléments problématiques. En tant que communauté, nous devons demander, que s’est-il passé? Certains d’entre eux ont-ils exprimé leurs préoccupations aux producteurs? Ont-ils contacté leurs ambassades? Ou, le plus décevant, étaient-ils simplement trop ambivalents au sujet du sketch pour agir? À la suite d’incidents racistes, nous devons également nous tourner vers l’intérieur et examiner notre propre complicité. La passivité des acteurs africains n’est pas plus acceptable que celle des producteurs chinois.

À quelle fin?

Laissant de côté les représentations racistes et insensibles, il reste à spéculer sur le fait que le récit projeté soit créé ou au moins aidé par ce sketch.

Officiellement, c’était un témoignage de l’amitié sino-africaine, les références à BRI et le nouveau rail Kenya entre Mombasa et Nairobi ont été utilisés pour le prouver. Pourtant, il y avait quelques allusions pas si subtiles de la nature sous-jacente de ladite relation – ou peut-être la façon dont la Chine voudrait que ses gens voient cette relation. Pour ceux qui connaissent le film Wolf Warrior 2 2017, le récit global peut sembler plutôt familier. En fin de compte, la Chine devient le sauveur de l’Africain, et l’Afrique devient dépendante et presque redevable à la Chine.

Il est intéressant de noter que si le discours gagnant-gagnant véhiculé dans les médias chinois est souvent critiqué par l’Occident parce que les acteurs africains ne semblent pas gagner autant que les chinois dans l’échange, le sketch lui fait tourner la tête. Élimine complètement ces préoccupations. Dans cette pièce, la Chine est le donateur altruiste, soutenant l’infrastructure africaine, l’éducation et la santé. Le sketch ne fait aucune mention des gains économiques que la Chine devrait recevoir en retour. Au mieux, il s’agit d’une représentation unilatérale des relations internationales, et au pire, il appelle dans une nouvelle année avec un ego boosté pour le public chinois livré au détriment des Africains.

Où allons-nous maintenant?

S’il y a une chose que nous demandons à la communauté noire et africaine d’enlever, c’est que nous devons être plus forts avec le contre-récit que nous produisons. Pas seulement un contre-récit mais pour raconter nos propres histoires – clairement une représentation précise de nous est une portée trop loin pour certains externes  à notre communauté. Ce travail est déjà en cours grâce à des groupes tels que OPOPO, 黑人 在 中国, Black in China (les noires en Chine), et the Conscious Africans Network (Reseau des Africains Conscients).

Des excuses de CCTV seraient idéales, bien que ce soit un geste rétroactif et que le mal ait déjà été fait. Pour toutes ses fautes, Bill Cosby a embauché un professeur afro-américain de psychiatrie de Harvard pour consulter sur presque chaque épisode de The Cosby Show pour s’assurer qu’il n’y avait pas un seul stéréotype négatif des Noirs. CCTV devrait envisager une action similaire. Ce dont nous avons besoin maintenant, c’est un signal clair que ce genre d’événement ne se reproduira jamais.

Dans notre frustration, nous ne devons pas nous permettre d’être utilisés comme des pions pour faire avancer les agendas contre les relations entre l’Afrique et la Chine. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère de géopolitique, nous devons être vigilants dans la défense de notre continent bien-aimé. Il y a des groupes puissants qui gagneraient à attiser les flammes de toutes les douleurs de croissance dans les relations Afrique-Chine. Depuis la diffusion du Gala, de nombreux médias occidentaux ont sauté sur l’occasion pour adapter cette histoire à un récit serré qu’ils ont pré-préparé. L’Afrique doit se protéger des ingérences de ces groupes et se concentrer sur l’établissement d’une relation mutuellement bénéfique avec la Chine.

En fin de compte, c’est à nous de faire campagne pour nos priorités et, pour ce faire, nous devons définir clairement quelles sont ces priorités et comment nous avons l’intention de les atteindre. À la suite de cet incident, demandons-nous: quelles actions concrètes voulons-nous voir des médias chinois pour s’assurer que les contenus racistes ne sont pas diffusés?

Black Lives China submits the call to CCTV and other Chinese media to create multiple high-level consultant roles for African media specialists. These experts would be responsible for mainstreaming racial awareness into all content on the African continent. To move forward, China must integrate racial awareness and sensitivity to the production of content by all its media. It worked for eight seasons of the Cosby Show, and it could work here too.

What do you think?

Comments

Leave a Reply

One Ping

  1. Pingback:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Loading…

0

Comments

0 comments

Racism – with Chinese characteristics: How Blackface darkened the tone of China’s Spring Festival celebrations.

中国特色的种族歧视: 黑脸给中国的春晚’抹黑’